wpfd571ec1.png
wp65d33c5f.gif
wpc1a3a4d8.png
wp182bb6c7.png
wp97d6bb8b.png
Créé le 1er septembre 1978, sur la base de Föhren-Hetzerath, près de Trèves, à partir des­ structures du GALDIV 1 dissous à la même date, le 12e GHL dispose de dix SA 341 Gazelle. Le 2 novembre, deux détachements permanents sont mis en place, chacun ­composé de deux Gazelle et mis en oeuvre par trois sous-officiers, sur les terrains de­ Baden-Oos auprès de l'EL 1re Armée et de Fribourg auprès du 2e RHC pour des missions d'aide au commandement.
A la suite du regroupement du 2e RHC à Friedrichshafen, le 1er juillet 1985, le détachement de ­Fribourg est supprimé. En septembre, les premières Alouette III arrivent en provenance du 6e ­RHC de Compiègne, entraînant une réduction du parc des Gazelle.
Depuis décembre 1986, le groupe assure chaque trimestre, pendant un mois, en roulement avec ­les 6e et 7e RHC, l'alerte FAMIR avec trois Alouette III mises en oeuvre par quatorze pilotes ­et mécaniciens.
Le 6 mai 1987, deux Alouette III sont mises en place à Berlin, en remplacement des Cessna ­L-19E. A compter du 1er juin, le GHL assure un détachement de deux hélicoptères sur l'aéroport­ de Berlin-Tegel. Deux machines supplémentaires équipées UHF/VHF sont affectées au groupe qui ­assure la surveillance des 170 kilomètres du mur de Berlin. Les deux Cessna L-19E de l'EL 1re Armée, déjà sur place, sont pris en compte par le 12e GHL. En octobre, la dernière SA 341­Gazelle est reversée, deux autres Alouette III UHF/VHF sont perçues. Ensuite, tout le parc­ Alouette III est homogénéisé avec cet équipement radio, particulier pour les FFA, afin de­ faciliter le contrôle lors des exercices interalliés.
Le 1er juillet 1989, le DETALAT autonome de Berlin est créé. Directement subordonné au colonel­ adjoint pour le commandement des troupes et services, chef de corps des organes de ­commandement du secteur français de Berlin, ses aéronefs sont affectés au 12e GHL.
Elément organique du 2e CA, le 12e GHL constitue avec le 3e régiment de hussards et le 2e RHC­ un groupement aéromobile. Il tient également une alerte à une heure trente pour assurer les­ missions de surveillance des véhicules de la mission militaire soviétique de liaison qui, aux­ termes des accords Est-Ouest, peuvent contrôler les activités militaires alliées dans ­certaines zones. Le groupe est également chargé des évacuations sanitaires et des missions de ­sauvetage en zone Nord au profit de la 1re division blindée.
A compter du 1er juillet 1990, le 12e GHL est réorganisé. Sa portion centrale restant à­ Trèves-Föhren, il est composé d'un état-major et d'une escadrille de commandement et des­ services. D'autre part, il dispose à Baden, dans les locaux libérés par le transfert de l'EL ­de la 1re Armée, d'une escadrille d'hélicoptères légers avec dix appareils. En temps de ­guerre, le 12e GHL serait renforcé par une EHL mise sur pied par l'ES.ALAT de Dax.
Le groupe est dissous le 31 juillet 1992 pour former l'escadrille du 2e Corps d'Armée à Baden.

Le 22 avril 1980, le groupe a recueilli les traditions du peloton d'avions du 2e CA­(1943-1945), des GAOA N°2 et GALAT N°2, et du peloton de la 7e DMR en Algérie.

wpd5df2b6f.png
wp51a59cc8.png
wpf7f0d160.gif
wp3d6e6823.png
wpf362cd9d.png
wpdb511cf0.png